Monde

Eloge du voyage

Peut-on donner du voyage une définition stricte et limitée ?
Le mot « voyage » transcende les frontières, il fait sauter les barrières; il n’a ni  forme précise, ni  masse exacte. Lui assigner un lieu c’est le réduire à notre condition. Le voyage évoque tout aussi bien l’immensité que l’intime,  la découverte du monde, des autres, de soi. A l’évocation de ces six lettres  l’esprit s’évade aux quatre coins du globe; le souvenir d’un paysage refait surface; le désir de tout abandonner s’installe; le monde est à portée de main !

Comment rester insensible à sa magie ?
Le  voyage, lorsqu’on a le privilège de pouvoir le vivre, est le meilleur des enseignants. Le monde est vaste, l’humanité est infinie et pourtant nous sommes pris dans l’étau du temps et de l’absurdité de notre condition humaine. Petites particules, nous avons l’ardente obligation de nous rendre visible dans le tumulte et le vacarme du monde. Car pour exister il faut se faire entendre. On dit que » les voyages forment la jeunesse ». Quelle formule réductrice! Le voyage c’est beaucoup plus: C’est redonner de la hauteur aux êtres, c’est les hisser au sommet de l’existence, c’est ne pas renoncer au vertige.
Le voyage pourrait etre le remède aux maux de notre temps: Le monde s’est rétréci, la frontière est une notion anachronique, les peuples sont voisins, Les hommes et les femmes de la planète sont amenés à se côtoyer, à échanger…

Il faut permettre aux Hommes de se connaître, en favorisant le voyage. On dit avec justesse que l’autre ne fait pas peur parce qu’il est différent mais parce qu’il est méconnu.
« Le choc des civilisations » est une idée d’un grand pessimisme. Permettons la Démocratisation du voyage et nous verrons les civilisations se rencontrer autour d’une seule et même table. Le seul « choc » qui soit est celui des verres de bières que l’on cogne ou des tapes d’affection lors de la separation.
Militons pour le developpement des voyages, des échanges universitaires, culturels. L’enjeu de notre génération et de celles qui suivront est, a travers le voyage, de créer les conditions d’une possible paix entre les peuples.
« Le fer se rouille faute de s’en servir, l’eau stagnante perd de sa pureté et se glace par le froid. De même l’inaction sape la vigueur  de l’esprit.. Le mouvement est le principe de toute vie. » (Léonardo da vinci) Faisons en sorte de ne pas nous rouiller!

Voir plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez aussi aimer

Close
Close
Close