Monde

HOME IS WHERE I AM

EPISODE 1 : "Qui voyage, ne peut être qu'heureux"

EPISODE 1 : « Qui voyage, ne peut etre qu’heureux »

Quand je lui ai demandé de se présenter, Thiago a commencé par une présentation codifiée qui permet de nous identifier en société.
« Bonjour, je m’appelle Thiago, je viens du Brésil »
Très vite, submergé par sa propre interprétation de lui-même, il continue en disant, « en fait, je suis un citoyen du monde ».  Le monde, c’est ce à quoi il s’identifie. Il voit le globe comme un espace vital, pour lui, pour l’humanité toute entière. Pourquoi accepter une étiquette, alors que tous les êtres sont issues du même terreau.
A ma question sur les raisons qui le pousse à voyager, Thiago me répond avec enthousiasme et sans artifice:
 » Depuis tout jeune, on te dit le bon comportement à avoir, en t’expliquant qu’il n’y a qu’une seule route pour la réussite, qui répond à une unique vérité. Tu dois suivre un chemin stricte, école, université, travail,  famille, retraite… On te plaque dans un cadre rigide qui annihile la pensée créatrice. 
En voyageant je voulais voir une autre réalité, m’émanciper de ce qu’on me demande d’être, aller à l’encontre d’un processus imposé.  Le voyage est un échappatoire à l’engrenage qui broie nos consciences pour les rendre normatives.  Partir me donne la chance d’être mon propre tuteur, je veux grandir en comprenant le monde, je veux m’enrichir de mes rencontres, n’être pressé que par mes volontées, mes désirs, mes sentiments. C’est ça ma réalité!

L’universel est fait de multitude, comprendre la pluralité, les autres pour mieux me connaître moi. Voilà ce que m’apporte le voyage, Voilà une route plus humaine. »
Ses expériences ont façonné sa vision du voyage. A travers l’Europe et l’Amérique du sud, il a vécu et vit dans SA réalité. Par le volontariat, il a trouvé une autre alternative au voyage. Il le définit comme « un mode de voyage arc en ciel » où l’anxiété n’assombrit pas la beauté du mouvement.  « On a la temps, pas à pas, on créer une aventure. On peut s’attarder sur les lieux, connaître plus intimement les personnes… C’est important le temps, on se doit de lui rendre la place qu’il doit avoir ». Thiago ne veut pas courir après le temps, il vagabonde simplement avec lui.

Le volontariat permet de rentrer dans de nouveaux rapports « les relations ne dépendent plus de la paye, les échanges sont plus attentionnés, plus humains. On se rend service, on contribue à un projet commun avec amour. L’autre est une lumière sur moi, et l’échange t’ouvre aux autres.  En faisant du volontariat on arrondit le cadre de nos sociétés ».

Au delà des mots.

Au Brésil, Thiago a fait plusieurs missions volontaires qui l’ont aidé à voyager sur cet immense territoire. A Berlin, il a travaillé dans une ferme agricole qui était soucieuse du respect des cycles naturelles. A la frontière entre la Serbie et la Croatie, il s’est investi dans une association qui avait pour objectif d’améliorer les conditions des réfugiés. Il me racontait son expérience et son ressentie sur l’accueil et le conditionnement des êtres humains.

Certains diront que Thiago est un idéaliste, pourtant,  il est un humble représentant des aspirations d’une génération capable de changer les choses.

Voir plus

Articles similaires

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez aussi aimer

Close
Close
Close