Monde

Rio, la baie (-lliqueuse)

Rio de Janeiro est une combattante, qui s’est construite sur des luttes. Épiques, Divines, elles ont rendu la baie de Rio majestueuse.

Les cariocas et les dieux se partagent ce bout du monde. L’inesthétique misère humaine se fond dans une nature céleste.
Des titans de pierres côtoient le ciel et dominent le monde des vivants.Mais l’Homme, orgueilleux, ne se laisse pas impressionner, il assiège ces monstres. Les plus courageux s’installent même sur les parois verticales. Une mousse humaine se déploie sur les géants, colorant la carapace rocheuse des couleurs du vivant. Les moins combatifs restent en retrait, préférant peut être anticiper un soudain réveil des montagnes de pierres.

La beauté des éléments qui peint Janeiro, n’a pas adouci les êtres. Ce tableau naturel s’oppose à un paysage social trouble. Les cariocas souillent d’hémoglobine la pureté de la baie. La prospérité du Brésil n’a pas eu raison de la violence. Faute sans doute à la nature humaine qui est, elle, noircie par l’évolution des sociétés. Lorsque tu es de passage à Rio, tu ne vois pas la violence mais tu la ressens. Véritable ville fortifiée, les immeubles, hôtels, magasins érigent des barrières, non pas pour se protéger d’une invasion extérieure, mais ils se protègent d’eux même.
Au dessus de cette mêlée humaine, le Christ rédempteur à les bras ouvert sur la baie, les yeux fermés sur l’Humanité.

Véritable Ring, la rivière de janvier est témoin de combats entre l’opulence et la misère, entre la nature et l’Homme, l’homme contre lui même. Les batailles ont taillé dans ce diamant brut, qu’est la baie de Rio, un joyaux du monde incomparable.

Voir plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez aussi aimer

Close
Close
Close