Sport

Réflexion sur le sport

La Carretera austral  : j’en rêvais, depuis tellement longtemps ! Au delà des sublimes paysages que j’allais traverser, elle était devenue pour moi l’objet d’un défi sportif. 1200 kilomètres de route ; plus de 700 kilomètres de pistes de terre traversant les volcans, les monts et les fjords patagons ; 15 OOO mètres de dénivelé, là devant ! Des chiffres qui vous excitent, vous réveillent des fourmis dans les jambes si vous aimez les difficultés, les défis, les efforts et la performance.

Sur la route, à mon grand étonnement et avec un bonheur certain, j’ai découvert une nouvelle façon d’appréhender le sport ; le sport délesté du dogme de l’excès et libre de tout esprit de compétition !
Le sport a un fort potentiel d’élévation personnelle. L’effort physique permet le développement intime et participe à la pleine réalisation de soi à condition qu’il soit réfléchi, encadré et adapté aux capacités de chacun. Je suis persuadé du fait que par un travail raisonné sur la force, l’endurance, l’agilité, l’équilibre, l’on est capable de se recentrer sur soi ; on apprend à habiter son corps ; on se fait confiance. Les vertus sanitaires et morales font du sport un domaine que l’on doit valoriser : « un esprit sain dans un corps sain » est un adage qui porte une vérité !  Cette idée doit être comprise dans sa globalité car le corps reste une entité dépendante de l’esprit et pour qu’il ya ait « développement » l’équilibre entre corps et esprit doit être parfait, essentiel.

Cette nouvelle approche du sport conquise par la traversée à vélo de la Patagonie a modifié ma vision de l’effort.  L’activité physique programmée sur six à sept heures d’efforts avec des intensités variables m’a poussé dans des retranchements mentaux inconnus pour moi jusque là.   Le sport, ainsi vécu m’a permis de me découvrir et de visiter dans le même temps le monde : là reside une AVENTURE. Au début,    j’étais en recherche de la performance ; les chiffres m’obsédaient : quelle vitesse ? quel chrono ? là étaient mes seules motivations…! J’ai vite compris, que dans cet esprit, j’allais passer à côté de l’essentiel, du véritable défi, de son essence même. Il fallait que j’occulte ces penchants. Sur la Carretera, les autres importent peu : tu n’es pas seul sur la piste, mais sur ton vélo, la tricherie est impossible. Sans effort, pas d’avancée et souvent sur ce « camino de ripio » il te faut consentir beaucoup d’efforts pour peu de résultat ! S’opère alors un travail de patience, de modestie, d’abnégation que le sport médiatisé oublie. Là est la véritable leçon du sport : apprendre que dans l’effort, on grandit ; qu’avec de la patience et de la persévérance, on s’élève. La recherche du résultat rapide n’est que l’écume des choses ; elle ne procure qu’une satisfaction éphèmère… Une construction faite de labeur et de patience aura plus de profondeur et d’intérêt. Voilà la leçon que m’a donnée cette fabuleuse Carretera conquise à vélo !

Voir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close
Close